VOUS ÊTES ICI :>>Le partenariat Afpa-SNI prend de l’ampleur

Le partenariat Afpa-SNI prend de l’ampleur

Le partenariat entre l’Afpa et le groupe SNI signé en mars 2016, visait à implanter l’organisme formateur au cœur des quartiers prioritaires où le bailleur social gère des résidences. Objectif : créer des circuits de proximité pour un accès à la qualification professionnelle. Un an après, 13 antennes ont été ouvertes sur le territoire et 334 personnes accueillies.

Depuis sa signature le 24 mars 2016, et la création dans la foulée du premier site « accueil, conseil, formation », à Sarcelles (Val d’Oise), le partenariat entre l’Afpa (Agence pour la formation professionnelle des adultes) et la Société Nationale Immobilière (SNI), premier bailleur social de l’Hexagone, s’est élargi à l’ensemble du territoire. « A ce jour, nous avons ouvert 13 antennes Afpa au cœur de nos résidences, réparties dans 9 régions à Sarcelles, Stains, Montreuil, Brunoy, Toulouse, Rouen, Le Havre, Nice, Saint-Herblain, près de Nantes, Dijon, Vénissieux, dans la banlieue de Lyon, Marseille et Behren-lès-Forbach, en Moselle. Onze autres antennes sont encore à venir entre avril et septembre. Au total, d’ici fin 2017, nous compterons 24 antennes », détaille Thomas Le Drian, directeur du cabinet du président du directoire de la SNI, qui met à la disposition de l’organisme formateur ses locaux rénovés et meublés à titre gratuit.

Cinq fois plus de personnes accueillies

Objectif de cette coopération : que les habitants des quartiers prioritaires, où sévit 2,5 fois plus de chômage qu’ailleurs selon l’Observatoire national de la politique de la ville, puissent trouver, en bas de chez eux, une structure de proximité qui les accompagne vers un accès à la qualification professionnelle et donc vers l’emploi.

A la fin du mois de janvier 2017, un premier bilan d’étape faisait état de 778 entretiens réalisés pour 334 personnes effectivement accueillies. « Ces chiffres sont très encourageants, observe aujourd’hui le dirigeant de la SNI, puisque le nombre de personnes accueillies ne cesse de croître, il a été multiplié par 5 depuis novembre 2016 et l’ouverture de nouveaux sites. Et le mouvement devrait encore s’accélérer avec la création prochaine d’antennes en région parisienne où les besoins sont patents. »

A l’Afpa, Valère Bonillo, responsable développement partenariats et territoires, juge également « extrêmement positif » ce dispositif. « Ces antennes accompagnent les individus dans leur globalité et leurs spécificités avec l’appui des partenaires compétents sur les territoires, se félicite le responsable. En 2017 nous projetons de travailler l’ancrage économique au travers de conventions avec des entreprises locales, mais aussi nationales. Cela permettra de proposer des parcours emploi-formation pouvant déboucher sur des embauches dans des secteurs qui recrutent. »

Pour les deux partenaires, ce bilan d’étape est aussi l’occasion d’apporter des améliorations au dispositif. « Ce partenariat doit être fluide dans son fonctionnement, de façon à rester un complément efficace de l’action de Pôle emploi et des Missions Locales. Pour cela, il faudra sans doute mettre une animation plus dynamique entre l’Afpa et nous, créer par exemple des réunions plus récurrentes avec chaque équipe locale et réajuster le suivi opérationnel au regard des spécificités locales » juge Thomas Le Drian.

« L’autre axe de développement concerne l’évolution de l’offre de service, estime de son côté Valère Bonillo. Par exemple, après un an d’implantation au cœur des quartiers prioritaires, nous avons identifié des besoins forts en termes d’apprentissage de la langue française auprès des personnes qui viennent dans les antennes Afpa. A ce titre, la sortie du Mooc Afpa FLE (Français langue étrangère, NDLR) arrive au bon moment ! »

Autre sujet de réajustement : la mission des gardiens d’immeuble. Ils avaient été d’emblée associés au projet pour servir de relais entre les locataires en mal d’emploi et les nouvelles structures. « L’Afpa et la SNI ont mis en place, à leur intention, une journée de formation afin qu’ils puissent être en capacité de capter les publics, de faire connaître cette action et de convaincre les gens de venir », ajoute le responsable de l’Afpa.

Si la convention de partenariat Afpa-SNI court à titre expérimental jusqu’à la fin de l’année 2017, Thomas Le Drian entend « prolonger cette action au-delà et la pérenniser en y associant Pôle emploi ».

2017-04-19T17:09:31+00:00 29 mars 2017|

Laissez votre commentaire