VOUS ÊTES ICI :>>L’union fait la force en Bourgogne-Franche Comté

L’union fait la force en Bourgogne-Franche Comté

Depuis janvier dernier, les centres Afpa et les agences d’emploi et de travail intérimaire de la région Bourgogne-Franche Comté ont décidé de renforcer leurs liens pour favoriser le retour à l’emploi des chômeurs et répondre aux besoins des entreprises.

Alors que le taux de chômage dans la région Bourgogne-Franche Comté avoisine les 9 %, les entreprises souffrent dans de multiples métiers d’une pénurie de compétences ! Et si de nombreux bassins d’emploi connaissent cette situation, ici, les acteurs du service de l’emploi et de la formation ont décidé de s’attaquer à cette quadrature du cercle. Pour répondre à la fois aux besoins des employeurs et pour favoriser le retour à l’emploi de ceux qui en sont le plus éloignés, les agences d’emploi et les centres Afpa ont donc choisi de renforcer leurs liens.

« Tout a commencé en janvier dernier. Nous avons souhaité inviter l’ensemble des agences d’emploi de la région pour leur présenter nos services et les parcours de formation financés notamment par le Conseil régional. Nous travaillions déjà avec certaines d’entre elles, mais c’était souvent dans le cadre de relations personnelles et il n’y avait aucune démarche globale, explique Claude Szentendrei, chargée de recrutement à la direction Conseil en formation de l’Afpa Bourgogne-Franche Comté. L’idée était aussi de rencontrer à cette occasion de nouveaux partenaires potentiels, le regroupement de la Bourgogne et de la Franche Comté au sein d’une même région étendant de ce fait notre champ d’action. »

Premières actions

Les résultats ne sont pas faits attendre. Le 20 février dernier, treize demandeurs d’emploi sélectionnés par l’agence d’emploi et de travail intérimaire Crit (groupe de travail temporaire) en partenariat avec le groupement d’intérêt public Insertion 70, créé par le département de Haute-Saône, ont commencé une formation de cinq semaines à l’Afpa pour se former au métier de préparateur de commandes afin de répondre à la demande de PSA sur le site de Vesoul. « Nous avons construit avec l’Afpa un programme sur mesure reprenant les attentes du client pour permettre à ces demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, de pouvoir, après l’acquisition de ces nouvelles connaissances, mettre directement en œuvre leurs savoir faire, savoir être et compétences sur le terrain », met en avant Stéphanie Huguet, chargée de mission insertion chez Crit. Si l’un d’entre eux a abandonné en cours de route, les autres sont aujourd’hui en mission pour 7 semaines en entreprise. Recrutés en CIPI (Contrat d’Insertion Professionnelle Intérimaire) par Crit, ils devraient, au terme de cette période de 12 semaines, enchaîner des missions d’intérim chez ce client.

Sur le même modèle, d’autres projets pourraient prochainement voir le jour, que ce soit avec des formations déjà proposées par l’Afpa et ouvertes à tous, ou sous la forme de nouveaux parcours définis sur mesure. Il n’est pas impossible non plus que l’agence d’emploi Crit mixe les demandeurs d’emploi qu’elle aura recrutés avec les publics accueillis par l’Afpa, voire envoie dans les mêmes formations des stagiaires pour plusieurs clients.

Sourcing croisé

Cette initiative est représentative de la complémentarité existante entre des partenaires qui font du « sourcing croisé » : pour trouver un emploi, les chômeurs ont souvent besoin de formation car leurs compétences ne correspondent pas toujours à celles recherchées sur le marché du travail, à plus forte raison lorsqu’ils souhaitent changer d’orientation professionnelle. En se rapprochant de l’Afpa, les agences d’emploi et de travail temporaire comme Crit ont ainsi l’opportunité de faciliter cette rencontre.

Pour l’Afpa, l’intérêt d’un tel rapprochement est évident : en ayant une connaissance plus fine des demandes des recruteurs, elle peut faire évoluer ses formations ou mettre son ingénierie pédagogique au service des agences d’emploi et d’intérim. « C’est aussi un moyen pour nos stagiaires de trouver des débouchés. Nous avons ainsi proposé aux agences d’emploi de venir faire des Job Dating », ajoute Claude Szentendrei. « Dans le secteur du bâtiment, dans les métiers industriels et même sur certains métiers RH comme les gestionnaires de paie en tension, recruter des stagiaires est un plus pour nous », reconnaît Sophie Stoltz, responsable du développement des ressources du groupe Manpower (travail temporaire) pour le nord de la Franche-Comté. De premières expériences devraient d’ailleurs commencer très prochainement. « Ces partenariats sont enfin pour nous un moyen de nouer davantage de contacts avec les professionnels qui pourront également siéger dans les jurys pour les examens », précise Claude Szentendrei. Une synergie où au final il n’y a que des gagnants !

2017-04-19T17:08:04+00:00 29 mars 2017|

Laissez votre commentaire