VOUS ÊTES ICI :>>L’Afpa et l’Epide renforcent leurs liens

L’Afpa et l’Epide renforcent leurs liens

Les deux organismes ont signé une convention nationale de partenariat pour favoriser l’accès à la qualification et l’insertion professionnelle des jeunes éloignés de l’emploi. Cet accord formalise une collaboration déjà ancienne sur le terrain entre l’organisme de formation et l’établissement public, créé en 2005. L’Epide (Établissement pour l’insertion dans l’emploi) accueille chaque année dans ses 18 centres (ils seront 20 en 2017) quelque 3 000 jeunes volontaires, filles et garçons, âgés de 18 à 25 ans, sortis du système scolaire sans diplôme, ni qualification professionnelle. Entretien croisé entre Pauline Thibaudeau, coordonnatrice de la formation professionnelle au sein de l’Epide (Établissement pour l’insertion dans l’emploi) et Catherine Elgui, responsable de projet à la Direction nationale du conseil en formation de l’Afpa.

Afpa Partenaires – Quelle est la nature des liens unissant l’Epide et l’Afpa ?

Pauline Thibaudeau – Les centres Epide et Afpa travaillent en collaboration depuis longtemps. Chaque année, environ un tiers des volontaires de l’Epide qui vont au bout de leur parcours intègrent une formation professionnelle qualifiante. Parmi eux, beaucoup s’inscrivent en formation à l’Afpa. Les centres Epide et les centres Afpa ont en effet noué des relations étroites pour informer les volontaires sur les formations existantes à l’Afpa, les accompagner vers une entrée en formation et sécuriser leur parcours d’insertion. En outre, l’Epide a été associé dès l’automne 2015 à la mise en œuvre du dispositif « Déclic pour l’Action » porté par l’Afpa, qui permet à des volontaires de chaque centre Epide de participer à des ateliers afin de découvrir et essayer des métiers en grandeur nature, de faire le point sur leurs savoirs de base et de construire leur projet professionnel.

Catherine Elgui – Il est vrai que la mise en œuvre de « Déclic pour l’Action » a favorisé les rapprochements entre les centres. Au 31 décembre 2015, 152 volontaires de l’Epide avaient ainsi été accueillis sur le dispositif, et 242 entre janvier et fin avril 2016. Il existe de plus des partenariats locaux entre des centres Epide et des centres Afpa, et des partenariats régionaux entre l’Epide et des directions régionales de l’Afpa. Une convention régionale a par exemple été signée en avril 2016 entre l’Afpa Nord-Pas-De-Calais et l’Epide pour définir les modalités de partenariat entre l’établissement et les quatre centres Afpa situés dans la région.

Qu’apporte de plus la nouvelle convention nationale et quels sont ses objectifs ?

P.T. – Les relations entre l’Epide et l’Afpa étaient rarement formalisées et souvent hétérogènes selon les territoires. Les directions générales se sont donc rapprochées début 2015 afin de travailler à la formalisation d’un partenariat national.

C.E. – Les objectifs de la convention portent sur quatre axes : favoriser l’interconnaissance et les échanges de pratiques entre les cadres des deux structures ; développer des projets pédagogiques communs visant à enrichir l’offre de services apportée aux jeunes de l’Epide et à favoriser leur accès à la qualification et à l’emploi durable ; accompagner vers les formations de l’Afpa les candidats intéressés, dans le cadre du droit commun ; sécuriser les parcours d’insertion des jeunes de l’Epide (en amont et pendant la formation à l’Afpa).

Quels sont les jeunes qui vont être accueillis et quel sera leur parcours ?

P.T. – L’Epide accueille des jeunes de 18 à 25 ans, sortis du système scolaire sans diplôme, ni qualification professionnelle, en vue de leur insertion durable en emploi. Ceux qui ont suivi un parcours Epide et qui s’orientent vers une formation qualifiante à l’Afpa, ont, comme une partie des stagiaires de l’Afpa, le statut de demandeur d’emploi. Durant les huit mois environ qu’ils passent à l’Epide, ils acquièrent un socle de compétences de base qui les rend plus employables, construisent un projet professionnel et obtiennent de l’expérience et des compétences dans le cadre d’immersions en entreprises. Le dispositif Afpa correspond ensuite parfaitement à la continuité de leur parcours. Les centres, présents sur l’ensemble du territoire, proposent des formations professionnelles diversifiées, couvrant de nombreux secteurs d’activité, qui sont en général courtes et professionnalisantes. Les titres professionnels conviennent, souvent, mieux aux volontaires, que les formations plus longues proposées en apprentissage. De plus, l’Afpa dispose de solutions d’hébergement et accompagne véritablement les stagiaires sur toute la durée du cursus.

C.E. – L’Epide propose à des jeunes volontaires un accompagnement global reposant sur un cadre structurant, avec des équipes pluridisciplinaires et un suivi personnalisé, dont l’objectif est de construire ensemble leur projet professionnel. Conscient que la formation qualifiante constitue un levier pour l’emploi durable des jeunes, l’Epide, en partenariat avec l’Afpa, va donc mettre en place des parcours individualisés permettant aux jeunes qui le souhaitent d’accéder à une formation professionnelle à l’issue de leur contrat de volontariat.

Propos recueillis par Dominique Perez

2017-03-28T17:49:17+00:00 23 décembre 2016|

Laissez votre commentaire