VOUS ÊTES ICI :>, Territoires>Les jeunes décrocheurs ultramarins formés en métropole

Les jeunes décrocheurs ultramarins formés en métropole

L’Afpa, l’Agence de l’Outre-Mer pour la Mobilité (Ladom) et le service militaire adapté (SMA) unissent leurs efforts chaque année pour former des jeunes volontaires venus des DOM-TOM afin de leur permettre de trouver un emploi outre-mer ou dans l’Hexagone.

Elle s’appelle Jonika Aliwawpoe. Elle est amérindienne. Durant six mois elle s’est expatriée loin de sa Guyane natale pour se former au métier d’« Assistante de Vie Aux Familles » au centre Afpa de Rennes. Arrivée en métropole en octobre 2016, elle est issue comme près de 6000 autres jeunes originaires des DOM-TOM, du Service Militaire Adapté (SMA). « Le SMA est un dispositif d’insertion socioprofessionnelle à destination des jeunes ultramarins les plus éloignés de l’emploi » explique Françoise Parage, responsable grands comptes institutionnels publics à la direction du développement des services publics de l’Afpa.

Créé en 1961 aux Antilles et en Guyane le Service Militaire Adapté a progressivement fait évoluer sa mission dans le but d’aider les jeunes décrocheurs ultramarins en grandes difficulté (sans emploi, ni formation, ni diplôme) à développer leur compétences humaines, sociales et professionnelles dans le but de trouver un emploi. Les volontaires au SMA, âgés de 18 à 25 ans, s’engagent dans un cursus militaire. « Le SMA une ingénierie militaire et sociale au service de l’emploi des Outre-mer, explique le capitaine Frédéric Lardoux, chargé de la communication et de la veille sectorielle au commandement du SMA. Il s’agit d’aider ces volontaires à devenir employables, au regard des besoins socio-économiques locaux, selon une méthode d’éducation citoyenne, comportementale et de préformation professionnelle ».

En fonction du niveau professionnel et du comportement individuel  de chaque volontaire – 30% des jeunes sont illettrés, 60% n’ont pas de diplôme – le parcours se déroule sur une période de 6 à 12 mois. D’abord avec une formation militaire initiale de 150 heures suivie d’une remise à niveau scolaire, d’une formation citoyenne et comportementale et d’une aide à l’insertion professionnelle réalisées sur les plateaux pédagogiques des 7 régiments basés dans les DOM-TOM (Martinique, Guadeloupe, Guyane, Mayotte, La Réunion, Nouvelle Calédonie et Polynésie française) et d’un détachement à Périgueux.

A la sortie du SMA, plus d’un tiers des jeunes (37%) sont embauchés localement dans le BTP, les autres se répartissent notamment dans les métiers de la prévention-sécurité, de l’agriculture et de la pêche et de la restauration. En tout, ce sont plus de 50 métiers qui sont proposés aux volontaires. « Localement, le SMA est un label », insiste le capitaine Frédéric Lardoux. « Les entreprises de Guyane, de La Réunion, ou d’ailleurs, préfèrent souvent embaucher des jeunes qui sont passés par le SMA. Ils sont à leurs yeux plus structurés, plus disciplinés, plus respectueux des règles de travail. »

Une formation en métropole

Par ailleurs, certains volontaires prennent conscience de leur potentiel et s’engagent sur un parcours en mobilité dans l’Hexagone. Un dispositif se met alors en place en partenariat avec l’Agence de l’Outre-Mer pour la Mobilité (LADOM) afin de sécuriser ce parcours du stagiaire qui fait le choix de rejoindre la métropole pour suivre une formation qualifiante.

Ladom lance alors des appels d’offres dans le cadre des marchés publics pour contractualiser avec des organismes de formation. C’est à ce titre qu’intervient l’Afpa, qui accueille et forme chaque année dans ses centres, sur tout le territoire, des volontaires du SMA (affectés au régiment de Périgueux) afin de leur apporter les compétences métiers indispensables à l’obtention d’un titre professionnel puis d’un emploi. « A l’issue de leur stage de formation réalisé dans un centre Afpa en Métropole, 80% des volontaires sont insérés professionnellement dans leur département ou territoire d’origine et 20% restent en métropole pour suivre une autre formation et obtenir un diplôme ou une qualification » constate Françoise Parage.

En 2016 l’Afpa a ainsi formé quelque 1559 volontaires SMA, dans des secteurs aussi divers que l’agriculture et la pêche, les espaces naturels et les espaces verts, les soins aux animaux

le faconnage d’ouvrages d’art, la banque, l’assurance et l’immobilier, le commerce, le support a l’entreprise, le spectacle et la communication, le BTP, l’hôtellerie-restauration, le tourisme, les  loisirs, l’installation et la maintenance industrielle, la santé et les services a la personne, le transport et la logistique. A ce contingent s’ajoute 79 demandeurs d’emploi résidents en outre-mer et accueillis dans le centre de formation Afpa de Boulazac à Périgueux, dans le cadre du même marché passé avec Ladom.

2017-06-07T18:01:33+00:00 7 juin 2017|

Laissez votre commentaire