VOUS ÊTES ICI :>, Territoires>De la forêt amazonienne aux faubourgs de Rennes

De la forêt amazonienne aux faubourgs de Rennes

 Une jeune guyanaise a suivi le cursus du service militaire adapté jusqu’en métropole pour se former au métier d’assistante maternelle avec l’aide de l’Afpa et de l’Agence de l’outre-mer pour la mobilité

Jonika Aliwawpoe amérindienne originaire de Guyane n’était jamais venue en métropole. Elle est née à Taluen, un petit village de la forêt amazonienne. Pas simple quand on vit loin de tout, d’acquérir un métier et de trouver du travail.  Les distances, l’isolement, l’absence de diplôme, le manque d’aide représentent un véritable parcours du combattant ! Scolarisée à Cayenne, à plusieurs centaines de kilomètres de son village, Jonoika a finalement dû arrêter le lycée, ses parents n’ayant pas assez d’argent pour payer un loyer dans la capitale guyanaise. De retour chez elle Jonika apprend l’existence de la formation militaire SMA menant à l’emploi pour les jeunes n’ayant pas ou peu de diplômes. « Cela m’a tout de suite intéressé, confie Jonika. Je me suis inscrite lors d’une journée Porte Ouverte de Pole Emploi et j’ai reçu une réponse positive après seulement un mois. J’étais surprise, je pensais que ce serait plus long ».

Le stage du Service militaire adapté doit se dérouler d’abord dans un centre militaire à Saint-Jean du Maroni puis à Cayenne pour les neuf mois restant. Pour cela la famille de Jonika doit payer l’avion. Heureusement l’Agence de l’outre-mer pour la mobilité (Ladom) va lui venir en aide. Mais au bout d’un mois d’internat militaire au cours duquel, après une remise à niveau scolaire, elle est initiée à la citoyenneté et à la maîtrise de soi, la jeune guyanaise craque.  On lui conseille alors de s’inscrire à une formation diplômante, proposée par le SMA en partenariat avec Ladom. Objectifs : favoriser l’accomplissement personnel de chaque jeune volontaire et le développement de son potentiel en répondant besoins du marché de l’emploi. L’accent est mis sur la transition entre la cellule familiale et la prise d’indépendance, le sens des valeurs et du bien commun. Le tout dans un cadre structurant et positif, qui insuffle un esprit convivial et familial, avec des relations de proximité entre encadrants et stagiaires. Le jeune fait ainsi l’expérience de la solidarité et de l’application des règles de vie en communauté. « Une fois le stage terminé, le chef de section a proposé aux filles du groupe d’aller en métropole  faire un stage complémentaire pour devenir assistante maternelle, explique la jeune fille. Moi, je préférais rentrer voir ma famille, mais j’ai réfléchi, car  au village, dans la forêt, il n’y a pas de travail. Ladom m’a aidé à remplir un dossier et avant même de pouvoir aller embrasser mes parents  j’étais  acceptée ».

Octobre 2016, Direction Rennes où Jonika est accueillie au centre d’hébergement Afpa afin d’acquérir les compétences complémentaires qui lui sont nécessaires. Les modules de formation, par groupe de douze, sont orientés vers l’apprentissage des savoir-faire en vue de décrocher le titre professionnel d’assistante de vie aux familles. Elle y retrouve des jeunes des DOM-TOM comme elle, mais aussi des jeunes de métropoles et des adultes. Six mois plus tard Jonika Aliwawpoe, diplômée, retourne en Guyane avec l’ambition de travailler dans une école maternelle ou une crèche, sûre désormais de pouvoir trouver un emploi dans son département.

2017-06-07T18:02:11+00:00 7 juin 2017|

Laissez votre commentaire